Landing page

Quoi faire à partir du 11 juin 2018 ?

Google Maps risque de devenir un budget important pour les offices de tourisme. La tarification du service de cartographie de Google évolue dans quelques jours. Les sites des offices de tourisme bretons sont susceptibles d’être concernés selon leur trafic. Tactiques Communicatives et Numéric vous proposent d’y voir plus clair.

A travers son application mobile, son site Internet ou encore son intégration dans Google Assistant, Google Maps est aujourd’hui devenu leader dans son domaine. C’est donc tout naturellement qu’il s’est retrouvé présent sur bon nombre de sites internet d’office de tourisme bretons.

Les développeurs web ont été nombreux à le préconiser.  Pour les sites web comme pour les applications, les API Google Maps servent à afficher une carte avec des marqueurs, mais aussi à calculer un itinéraire ou connaître des informations sur un lieu.

Jusqu’à présent les offices de tourisme bénéficiaient de tout cela quasiment gratuitement. En effet, une version payante (Premium) existait mais elle ne concernait qu’une part limitée des utilisateurs.

Dès le 11 juin prochain, ce modèle évolue et il faudra désormais parler de la Google Maps Platform.

Outre le changement de nom d’une solution qui reste identique, c’est surtout la nouvelle tarification que les responsables des offices touristiques vont devoir prendre en compte.

De nouvelles conditions tarifaires

A partir du lundi 11 juin, la gratuité ne sera plus possible au-delà de 1 000 chargements de cartes par jour. Le maximum mensuel est fixé à 28 000 chargements. Après avoir consommé ces 28 000 chargements, les prix s’envolent puisqu’une facturation de 7 dollars pour chaque millier de chargements supplémentaires est effectuée.

Un exemple ? Un site qui affiche 10 000 cartes par jour passe donc de 0 à 1 512 € par mois et pour ceux qui étaient proches de la limite gratuite de 25 000 cartes/jour cela leur sera désormais facturé 4 033 € par mois.

Depuis quelques jours, Google multiplie les communications auprès des développeurs, car cette annonce est loin d’être accueillie chaleureusement. Cela est d’autant plus mal perçu, que l’information a été donnée seulement quelques semaines avant le changement de tarification, ce qui laisse peu de temps pour réagir et éventuellement opter pour une nouvelle solution.

Quelle tactique numérique adoptée ?

Pour autant, des solutions existent. Mapbox, Bing Maps, OpenStreetMaps sont des alternatives qui doivent être étudiées. Mais faut-il nécessairement changer de service de cartographie ? Eh bien, pas nécessairement. Cela dépendra de plusieurs critères qu’il conviendra de prendre en considération. Le trafic et plus précisément, le nombre d’internautes chargeant les cartes de votre site est bien entendu un critère important. Mais il faudra également savoir si ces cartes sont chargées depuis un ordinateur de bureau ou un téléphone portable. Connaître plus précisément le besoin de l’internaute est aussi indispensable. Est-ce qu’il cherche des coordonnées ou à imaginer un parcours…

Une fois cette étude préalable menée, il sera alors temps de faire les comptes pour évaluer les coûts des différentes solutions. Si vous le souhaitez Tactiques Communicatives et Numéric, peuvent vous accompagner pour ces deux étapes :

  1. diagnostiquer votre offre cartographique actuelle,
  2. choisir le meilleur modèle pour répondre aux besoins de vos internautes à moindre coût.

N’hésitez pas à nous contacter.